Résultats au baccalauréat par établissement

Ce jeu de données contient les résultats au baccalauréat de 2011 à 2018. Les données ont été retravaillées à partir du jeu de données original pour être plus adaptées à l'utilisation d'agrégations. Il contient moins de colonnes que le jeu original mais plus de lignes et le fichier résultant est un peu plus volumineux. Il n'y a plus qu'une seule colonne indiquant le nombre d'élèves, et des attributs ont été rajoutés :

  • sexe : qui peut prendre la valeur M ou F
  • présent : booléen qui indique la présence ou non à l'examen
  • admis : booléen qui indique l'admission ou non à l'examen. Est à false si présent est à false
  • mention : indique la mention obtenue, ou si il y a eu rattrapage. Dans le cas ou présent est à false, la mention est à absent. Dans le cas ou admis est à false, la mention est à ajourné. L'intervalle de note correspondant à la mention a été ajouté en préfixe, ce qui permet de les trier.
  • nb élève : n'est plus que la seule colonne avec une valeur numérique
Données publiées par Koumoul
A partir de ces données
Mis à jour le 14/01/2019 par Nicolas Bonnel
Repartition des bacheliers en 2018 

Ce diagramme illustre la répartition des élèves en 2018 suivant la voie, catégorie, domaine et série qu'ils ont choisis. Plus de la moitié des élèves se sont tournés vers les filières générales, dont un quart dans la série scientifique. A noter qu'il est possible de faire un focus sur une catégorie ou sous-catégorie en cliquant dessus.

Evolution de la répartition des résultats au bac 

Ce graphique illustre l'évolution du cumul des résultats obtenus par mention (en y ajoutant les absents, ajournés et rattrapés) depuis 2011. On peut voir que depuis 2013, le nombre d'élèves ayant eu 10 ou moins à la première session est à peu près constant. Par contre les résultats cumulés pour les notes de 12 ou plus sont en augmentation, qui est d'autant plus élevée que la mention est haute :

  • Sans mention : + 5.7 %
  • Mention assez bien : + 19.7 %
  • Mention bien : + 43.1 %
  • Mention très bien : + 59.1 %
Répartition H/F pour le bac (général et technologique) 2018 

Ce diagramme de flux illustre les types de bac préférés (hors bac professionnel) en fonction du sexe des élèves pour l'année 2018. En ce qui concerne le bac général, il y a un peu plus de garçons que de filles en S, un peu plus de filles que de garçons en ES, et la filière L est beaucoup plus féminine (presque aux 3/4). On peut observer dans les bacs technologiques qu'il n'y a quasiment que des garçons en sti2d (97 %), alors qu'il y a une très grande majorité de filles en st2s (85%).

Evolution de l'obtention ou non du bac en fonction de l'age 

Ce graphique permet de filtrer les résultats sur 2 critères : la présence ou non à l'examen et le fait d'avoir été admis ou non. Quand aucun des filtres n'est renseigné, le graphique représente les inscrits.

La quantité de jeunes bacheliers (17 ans ou moins) reste stable au cours du temps, et très peu sont recalés pour cette tranche d'âge (non visible sur ce graphique). On observe par contre que les bacheliers obtiennent de plus en plus leur bac à l'âge "normal" qui est 18 ans, le nombre de personnes ayants redoublés avant étant de moins en moins élevé : le ratio est passé en 7 ans de l'égalité à plus du double !

Bien que le nombre d'ajournés soit en baisse pour les 19 ans et plus, ce qui devrait provoquer une remonté de la courbe des admis pour cette tranche, c'est surtout le le nombre d'élèves qui se présentent à l'examen pour cette tranche d'âge qui est en forte baisse. On peut émettre l'hypothèse que durant leur scolarité, les élève redoublent globalement moins qu'avant.

Enfin concernant une part non négligeable des échecs pour les 19 ans et plus, est dûe à une absence à l'examen.

Evolution de la répartition public / privé pour le bac 

Au niveau France entière, les effectifs des établissements privés sont plutôt stables, et ce sont surtout les établissements publics qui ont enregistré une hausse de leurs effectifs. Il y a cependant quelques exceptions, comme la Lozère. A noter que certains effets que l'on a pu voir en Bretagne suite au passage à la semaine de 4 jours dans le primaire ne sont sans doutes pas encore visibles au niveau des lycées, mais pourraient apparaître d'ici quelques années.